Le plus gros évènement de Poker de l’année à commencé à Vegas

Les World Series of Poker appellent les joueurs amateurs et pro de poker d’ici et d’ailleurs à rejoindre Las Vegas à la poursuite de la gloire, de la fortune, des bracelets – et de beaucoup d’argent. En effet, quand on utilise son Twitter dans Sin City, les discussions ont tendance à pointer vers le « Paradise, Nevada » ou le riviera casino comme l’emplacement principal de la folie et il est en effet devenu l’endroit à être pour tous les amateurs de cartes pendant les mois d’été.

Jusqu’à l’apogée de l’agenda annuel de poker en direct, il y a déjà eu 10 événements de poker en direct dans neuf pays différents au cours de l’année en cours. Les emplacements étaient aussi proches que le King’s Casino en République Tchèque et aussi loin que le Crown Casino à Melbourne, Australie. Bien que les voyages n’aient pas encore été aussi fous l’an dernier, 2018 s’annonce aussi frénétique que les 12 mois précédents.

Chacun de ces événements ont été, à leur manière, une préparation à la folie à venir dans le prochain mois et demi. Alors que la grande majorité des tournois en direct ont une sorte de système de suivi pour identifier les participants sans demander leur nom, le WSOP est très certainement un autre type de bête.

 

Alors que seul le Main Event d’un festival peut attirer plus d’un millier de joueurs, c’est très courant pour les bas buy-in à Las Vegas et cela rend très difficile la mise en place d’un système de suivi dès le départ. La liste des candidats inscrits et leurs places respectives au départ n’est qu’une aide temporaire, car la taille du terrain sera considérablement réduite au cours des premières heures.

Ce qui suit est essentiellement le camp médiatique du poker, un défi d’endurance qui exige beaucoup d’efforts et de constance. Non seulement les nouveaux visages à bord de l’équipe de reportage en direct seront envoyés aux limites de leur dévouement, mais il en va de même pour les rédacteurs expérimentés. Peu importe combien de fois quelqu’un a déjà couvert les WSOP, les ajustements en cours de route sont une nécessité. L’expérience aide simplement à prendre ce fait comme donné et ne pas être submergé par une salle entière remplie de tables de poker et de centaines de joueurs dans la chasse à la gloire.

C’est une pression différente qui ne laisse pas beaucoup de place à l’erreur. Il est presque inévitable que des erreurs se produisent, bien que nous soyons tous des humains après tout. La façon dont nous traitons les erreurs, cependant, définit la voie à suivre pour le reste de l’été. Les erreurs sont des leçons à apprendre, et le prix à payer pour elles sont des commentaires bouleversés sur Twitter au lieu de 20 push-ups.

 

Le WSOP (et le WSOPE dans une certaine mesure) est aussi l’endroit idéal pour se lever et briller lorsqu’il s’agit de couvrir des jeux mixtes. Malgré l’étrange Pot-Limit Omaha Side Event lors d’autres grandes tournées, il n’y a pratiquement aucun reportage en direct sur des types de jeux moins courants. Je me souviens encore très bien d’avoir été complètement perdu après avoir été jeté pour la première fois dans une épreuve du Seven Card Stud. Quelques mois plus tard à Berlin pendant la WSOPE, j’ai couvert tous les jeux mixtes sans hésitation ni crainte.

 

Pendant les sept semaines, les reporters en direct sauteront d’un événement à l’autre, parfois même un jour 2 ou 3 sans avoir travaillé le tournoi le jour précédent. L’horaire serré ne permet pas des pauses plus longues et tôt ou tard, l’épuisement jouera un rôle crucial. Utiliser les jours intermédiaires pour faire le plein d’énergie, se détendre ou faire quelques courses semble être le choix le plus raisonnable. Cependant, la tentation de rejoindre les tables et de jouer au poker sera toujours là, surtout à Las Vegas.

 

Beaucoup d’histoires intéressantes sont à raconter et les insaisissables bracelets dorés, peut-être des jours de paie et la gloire seront à saisir lorsque le monde du poker se dirige vers Las Vegas afin de déterminer leurs champions une fois de plus. Seuls les plus forts sortiront de ce melting-pot avec l’envie d’en avoir plus après sept semaines de folie, joueurs et médias.